LA CIGARETTE ELECTRONIQUE, QU'EST CE QUE C'EST ?

 

La cigarette électronique est un dispositif électrique composé de plusieurs éléments, en général trois.

Le premier élément est la batterie, c'est une pile rechargeable qui permet de faire fonctionner l'appareil. Elle comporte un interrupteur, appelé switch en anglais permettant  de mettre en marche et arrêter le fonctionnement.

Le second élément est la partie nommée atomiseur/cartomiseur/clearomiseur qui est une résistance électrique. Lorsque vous activez le switch de votre cigarette, elle se met à chauffer, en général elle atteint une température située entre 70 et 150 degrés.

On en trouve plusieurs modèles mais celui que l'on retrouve le plus souvent est sans conteste le modèle "510", c'est celui qui va s'adapter sur les modèles 510 et EGO, mais aussi sur bon nombre de mods. On en trouve plusieurs déclinaisons, avec des résistances différentes. Le LR pour Low Resistance (basse résistance) est à réserver aux modèles ayant des batteries d’au minimum 650mah, cela exclut donc tous les modèles possédant une batterie de la taille d’une cigarette classique.

Un peu moins courant le modèle 306 s'adapte également sur EGO mais nécessite de posséder un driptip particulier, cet atomiseur est réservé à une utilisation en "dry", c'est à dire que l'on vient mettre une ou deux gouttes de liquide directement dans l'atomiseur sans se servir de cartouche, cela donne un très bon rendu mais l'autonomie n'est pas au rendez vous car cinq ou six gouttes de liquide ne vous donneront guère plus d'une dizaine de bouffées.

On trouve aussi les atomiseurs 510 "tank" (réservoir ou cuve) qui fonctionnent avec une cartouche que l'on remplit de liquide et qui s'adapte sur l'atomiseur, mais ces derniers sont à réserver aux vapoteurs de saveurs light, le tank ayant la fâcheuse capacité de tuer le hit (sensation de la vapeur dans la gorge), de plus il consomme plus de liquide que la plupart des autres dispositifs, a tendance à fuir et dénature les saveurs.

Le troisième élément est la partie qui reçoit le liquide, on trouve une quantité de dispositifs entrant dans cette catégorie, et c'est dans cette catégorie que l'utilisateur novice a le plus de difficulté au départ.

Pour vous éclairer un peu, cette partie à l'origine est une cartouche (un tube en plastique creux contenant un peu de fibre qui retient le liquide), on le recharge régulièrement. C'est le dispositif de base que l'on trouve sur l'EGO 900mah ou sur le modèle Mega 510 par exemple.

Pour donner plus d'autonomie, les fabricants cherchent en  permanence de nouveaux dispositifs et on inventé un dispositif appelé cartomiseur, littéralement un mélange d'atomiseur et de cartouche. On a donc un petit tube transparent ou non contenant de la fibre, cette fibre renfermant une résistance. On remplit le tube comme on le ferait avec une cartouche puis on le visse sur la batterie, on obtient ainsi une autonomie décuplée.

Pour les amateurs de "dry" en mal d'autonomie les fabricants ont inventé le cartomiseur dual coils, un cartomiseur muni non plus d'une mais de deux résistances, gros hit, grosse vapeur et beaucoup de saveur, une réussite. On les trouve  en format cartomiseur classique mais également en format tank qui rend l'autonomie encore plus grande.

Outre les cartomiseurs on trouve désormais des clearomiseurs qui utilisent un système de mèche, rappelant la lampe à pétrole. Ces systèmes font la part belle aux saveurs mais laisse un peu la sensation de coté. Ils conviennent néanmmoins à la majorité des utilisateurs car ils sont trés simples d'utilisation. Système à éviter si vous aspirez fortement sur votre ecig ou si vous aimez les sensations fortes.

SANSAS a sélectionné les meilleurs fabricants pour vous donner le maximum de satisfaction lors de l’utilisation, en effet dans notre optique, il n'y a aucune raison de commercialiser des produits qui brillent par leur inefficacité.

Voilà donc les éléments principaux d’une cigarette électronique, du moins pour la partie matérielle.

A ces éléments de base nous pouvons ajouter les drip tips, ce sont les petites pièces que vous portez à la bouche, elles s’adaptent sur l’atomiseur lorsque vous vapotez en « dry », elle peuvent également s’adapter sur certains cartomiseurs, on les trouve en général au format 510 ou 306. Ils permettent également de donner un « look » à votre cigarette électronique selon vos goûts ou votre humeur.

Maintenant que nous avons notre « e-cig », il est temps de s’occuper de ce que l’on va mettre dedans !

Là encore, de nombreuses questions se posent notamment au niveau de la toxicité éventuelle des produits utilisés dans le liquide.

Voyons de plus près de quoi est composé ce liquide.

En général il contient en majorité une substance ayant la capacité de se vaporiser à une température basse, aux alentours de 60 degrés.

Parmi les substances ayant cette capacité on en retrouve deux majoritairement dans le liquide :

Le Propylène Glycol est un additif alimentaire, ne vous laissez pas abuser par son nom, c’est un alcool connu sous la référence E1520. Il est utilisé comme émulsifiant (qui facilite ou stabilise l’émulsion, émulsion : mélange de deux substances qui ne se mélangent pas, huile et eau par exemple, ou huile et moutarde dans la mayonnaise, l’émulsifiant étant l’oeuf), on retrouve donc ce fameux propylène glycol dans énormément de préparations alimentaires, pharmaceutiques, cosmétiques etc…, nous sommes donc en contact permanent avec ce produit et il est considéré comme non toxique.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Propyl%C3%A8ne_glycol.

Et il se vaporise si on le chauffe à 60 degrés, c’est pourquoi c’est un très bon support pour notre cigarette électronique. Il donne un volume de vapeur faible mais augmente le hit.

Le second ingrédient majoritaire dans le liquide est la glycérine végétale ou glycérol qui est également un dérivé d’alcool et il est également non toxique. Notre corps en fabrique d’ailleurs lorsque l’on utilise les graisses stockées dans notre organisme. Il est utilisé en pharmacie notamment dans les sirops contre la toux. Pour les dentifrices, bains de bouche, crèmes hydratantes et savons en cosmétique. Et bien sûr dans l’alimentaire comme épaississant, émulsifiant etc, il est connu sous la référence E422.

Pour les amateurs de vin sachez que votre boisson favorite contient du glycérol qui se forme naturellement dans le vin lors de la fermentation alcoolique du raisin, notamment dans les vins de Bourgogne.

Le glycérine végétale donne beaucoup de vapeur mais diminue le hit.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Glyc%C3%A9rol

Pour pouvoir avoir du hit et de la vapeur on retrouve souvent un mélange des deux substances dans le liquide. Néanmoins pour ceux qui restent impressionnés pas le nom de Propylène Glycol, vous trouverez sur le site la gamme de liquide Red Oak de chez Johnson Creek composé exclusivement à base de glycérine végétale.

Maintenant que nous avons notre base de liquide, il serait bien de lui donner un peu de saveur. Pour ce faire on utilise des arômes alimentaires naturels ou non. Il existe une multitude de saveurs différentes pour les liquides et de plus elles peuvent être mélangées.

Vous trouverez sur le site une sélection des meilleurs liquides choisis pour leur saveur mais aussi pour le sérieux de leurs fabricants.

Vous ne trouverez par exemple aucun liquides venant de Chine chez SANSAS, ils viennent des USA et d’Italie et sont fabriqués avec du Propylène Glycol et de la Glycérine végétale de qualité pharmaceutique.

Le dernier point concerne la nicotine :

Contenue dans le liquide, un premier point important est que la nicotine, bien qu’étant toxique et rendant hautement dépendant, n’a pas propriétés cancérigènes. Elle n’induit pas les maladies désastreuses que l’ont peut développer lorsque l’on consomme du tabac sous forme de cigarette classique. C’est d’ailleurs pour cela que l’on retrouve de la nicotine dans les produits de substitution au tabac.

Néanmoins la cigarette électronique ne peut pas être considérée comme un produit de sevrage tabagique (vous allez continuer à consommer de la nicotine différement) et c’est également pour cela que vous ne la trouverez pas en vente en pharmacie.

Il est bien entendu vivement déconseillé d’utiliser un liquide nicotiné si vous n’êtes pas dépendant à la nicotine, de même SANSAS s’interdit toute vente aux mineurs.

Il est rappelé que la nicotine est vivement déconseillée aux personnes souffrant de problèmes cardiaques ainsi qu’aux femmes enceintes ou allaitantes. Demandez un avis médical en cas de doute.

Dernière précision, un fumeur de 20 cigarettes journalières consommera entre 2 et 4 ml de liquide dosé à 18mg par jour, en cas de surdosage dans l’utilisation on ressent des maux de tête qui disparaissent assez rapidement (30 min) si l’on stoppe l’utilisation.

 Les flacons peuvent contenir jusqu'à 30ml de liquide et plus, il est bien entendu formellement conseillé de garder ses flacons hors de portée des enfants et des animaux comme vous le feriez avec des médicaments, une ingestion accidentelle pourrait provoquer des troubles graves.

Pour clore cette petite présentation et conclure sur la nocivité supposée du Propylène Glycol et consorts, sachez qu'un projet de loi à vu le jour au parlement Européen et stipule que les liquides dosés à plus de 4mg/ml (ultra ultra light) de nicotine ne pourront êtrent vendus qu'en tant que médicaments, j'ose éspérer que les pharmaciens qui s'apprétent à vous vendre des liquides nicotinés à l'horizon 2015, ne vous vendraient pas des produits dangereux!

SANSAS